Commerce et Economie

Pourquoi l’impression de brochure constitue encore un outil marketing efficace ?

Alors que la saison des vacances approche, je me souviens très bien de l’une de mes activités préférées en tant qu’enfant: parcourir les catalogues de Noël. Il n’y avait rien d’aussi captivant que de parcourir des pages et des pages de friandises, découpant les mamans s’il vous plaît, s’il vous plaît, s’il vous plaît, et les collant ensemble dans des compilations créatives que je pouvais admirer pendant des heures. Pourtant, avec l’explosion soudaine de l’univers numérique, ce temps passé à créer des albums de bonnes idées d’achat a été remplacé par le simple clic instantané d’ajouter un nouvel article à mon panier d’achat en ligne.

Il est facile de supposer que le marketing imprimé est passé au second plan, mais ceux qui observent le paysage marketing au cours des dernières années comprennent que l’impression de brochure n’est pas une antiquité poussiéreuse. Les marques innovantes ont compris pourquoi l’impression fonctionnait toujours et comment le marketing physique pouvait constituer un complément important du numérique dans une stratégie de marketing de contenu bien équilibrée.

Catalogues d’impression: hier et aujourd’hui

Le tout premier catalogue, contenant une liste de livres à acheter, avait été publié à Venise en 1498, quatre siècles avant que Sears et Roebuck n’en publient le format beaucoup plus connu en 1894.

À mesure que la consommation a augmenté au XXe siècle après les deux guerres mondiales, l’impression de brochure de vente par correspondance a également augmenté. Ce fut un succès retentissant tant pour les marques que pour les clients, offrant une pléthore de produits conçus pour faciliter la vie au foyer pour ceux qui bénéficiaient désormais de salaires plus élevés et de plus de temps libre. Les catalogues contenaient tout, des pianos aux armes à feu, en passant par les machines à coudre, à portée de main du lecteur.

Même avec l’essor des magasins physiques et le boom des centres commerciaux des années 1980, le catalogue rencontrait toujours un succès retentissant pour les détaillants. Ce n’est que dans les années 1990 que les marées ont commencé à tourner et que l’impression a perdu une grande partie de son attrait brillant. Sears a publié son dernier catalogue de commandes générales en 1993. Un véritable ovni en matière de support de communication.

Pourquoi les relations comptent-elles plus que les ventes?

L’invention du World Wide Web en 1990 a inauguré un changement de paradigme pour le commerce de détail qui rendrait l’achat de biens et de services totalement méconnaissable au cours des prochaines décennies.

Néanmoins, de nombreuses marques n’ont pas oublié le catalogue fidèle et, bien que leurs pages puissent sembler bien différentes aujourd’hui, ces supports marketing physiques ressortent à nouveau dans une mer immense d’informations numériques.

Pourquoi les brochures imprimées sont toujours précieuses ?

Le contenu marketing physique, comme les catalogues imprimés, peut jouer un rôle important dans une stratégie marketing globale.

Pour identifier où se situe la valeur du contenu physique, il est préférable de considérer le catalogue moins comme un index de produits utilitaires d’ancien, et plus comme un magazine offrant aux clients une expérience de contenu diversifiée. Les magazines imprimés ne sont plus des informations; ceux qui le sont, sont devenus un produit facile à reproduire en ligne. Les magazines imprimés d’aujourd’hui sont des produits de style de vie.

Les catalogues IKEA en sont un parfait exemple. Plutôt que de simplement présenter des listes de produits, le catalogue les contextualise dans les styles de vie d’acheteurs spécifiques. Feuilleter les pages revient à observer une scène entière ou un instantané personnel pris chez quelqu’un. Il fournit des informations sur les nouveaux produits dans un format très visuel qui aide les utilisateurs à voir littéralement comment ces produits fonctionnent et peuvent s’intégrer dans leur vie.

Le pouvoir psychologique de l’impression

Une étude de 2015 commandée par le US Postal Service a révélé que nos cerveaux traitent les médias physiques et numériques de manière très différente. Tandis que les utilisateurs traitent le contenu des annonces numériques plus rapidement, ils passent plus de temps avec les annonces physiques, ont des réactions émotionnelles plus fortes et s’en souviennent mieux. Dans l’ensemble, le contenu physique comme l’impression de brochure semblent avoir un impact plus durable que le numérique.

Ensuite, il y a le pouvoir du contenu tactile pour le développement de la propriété psychologique, un état d’esprit qui pousse les gens à valoriser des objets qu’ils manipulent physiquement plus que ceux qu’ils n’ont pas touchés. Le fait de tenir et de manipuler physiquement un contenu imprimé a les mêmes effets psychologiques positifs que les initiatives de marketing expérientiel et en personne.

L’impression semble également augmenter notre sentiment de confiance et notre niveau de compréhension et de plaisir.
La société de recherche indépendante Toluna a constaté que les consommateurs américains de tous les âges croient que le contenu imprimé est plus fiable que le numérique. La plupart des personnes interrogées ont estimé que la lecture imprimée était préférable au numérique pour la lecture récréative (73%) et estimaient que la lecture de nouvelles imprimées permettait de mieux comprendre l’histoire (71%).

Related posts

Quel présentoir choisir pour booster sa performance de vente ?

Odile

L’importance de la chaîne du froid dans l’agroalimentaire

Claude

Découvrez le trading Forex pour débutant

Nickel

Leave a Comment